Retour

Avent 2019 – Préparer nos cœurs à la joie

8 décembre 2019

Préparer nos coeurs à la joie

Première semaine de l’Avent

Noël approche mais notre cœur n’est pas toujours à l’unisson de cette fête. Comment préparer nos cœurs à cette joie que nous ouvre la venue d’un Sauveur?
Comme les mages qui commencent leur long itinéraire à la suite de l’étoile, scrutons la nature, découvrons-y la trace de Dieu, demandons la grâce de L’ÉMERVEILLEMENT, de la CONTEMPLATION, de la LOUANGE.
Décidons d’ouvrir les yeux, de regarder, de prendre le temps, de faire attention, de contempler. Dieu veut me parler par la beauté de la nature, le sourire d’un enfant, le regard d’un vieillard, l’ordinaire de mon quotidien. Chaque jour, Dieu nous prépare un assemblage unique: notre journée. A nous de déceler les mots d’amour dont il veut la parsemer.

Une invitation du pape François

« Il serait très utile à notre société occidentale, qui est trop souvent pressée, d’apprendre à contempler, à s’arrêter et à regarder les choses avec poésie. Un peu plus de poésie ferait du bien à l’Occident.« L’Orient est capable de regarder les choses avec un regard plus profond. Nous autres occidentaux, cela nous ferait du bien de nous arrêter un peu et de consacrer du temps pour nous ouvrir à la sagesse. » (Pape François au retour de son voyage en Thaïlande et au Japon, le 26 novembre 2019)

Un texte de Marthe Robin

« Oh! que tout est beau! Que tout est grand et magnifique! Que tout est pur, lumineux et divin!… Oui tout est plus beau infiniment plus vrai que tout ce qu’on peut dire, lire, écrire et imaginer, que tout ce qu’on peut désirer, deviner, pressentir, entrevoir. Oh! troublante et ravissante grandeur de Dieu! J’ai vu l’amour, la lumière, les consolations, les grâces, les bienfaits du Seigneur pleuvoir sur le monde, plus serrés, plus pressés que la pluie, que les puissants rayons d’un soleil de midi. » (Marthe Robin)

Deuxième semaine de l’Avent

Après avoir posé un regard émerveillé sur la création, interrogeons-nous sur le regard que nous portons sur nous-mêmes.
Pour que nos cœurs se disposent à accueillir le grand mystère de l’incarnation, nous sommes invités à nous accueillir nous-mêmes, à accueillir ce que nous sommes, tout ce que nous sommes… notre histoire, notre famille, notre personnalité, nos dons et nos richesses et jusque nos pauvretés…
Est-ce que je m’aime moi-même de l’amour dont Dieu m’aime?
Est-ce que je le remercie pour « la merveille que je suis » (Psaume 139)? J’ai un prix infini aux yeux de Dieu. Il m’a créé par amour. Il est venu sur terre par amour prendre ma condition d’homme. Il m’a sauvé par amour.
Savez-vous qu’il y a un ordre dans la charité? «L’homme est tenu de s’aimer, après Dieu, plus que quiconque.» (St Thomas d’Aquin) Où en suis-je?
Certes je vois mes limites et mes fragilités. Est-ce que je les accepte comme l’ombre qui n’enlève rien à la lumière, une ombre que le Sauveur veut transfigurer.
Je peux trouver chaque jour 5 raisons de remercier Dieu pour ce qu’il m’a donné d’être ou de faire. J’accueille aussi chaque jour une de mes limites dans l’humilité, sans dépit et sans colère et dans la confiance que Dieu veut me transformer.

Un texte de Marthe Robin

C’est vous, Jésus, vous le créateur et le sauveur du monde… Vous, le roi et le souverain des âmes… Vous par qui tout a été fait et par qui tout existe… Vous, mon bien-aimé, qui me demandez mon cœur pour vous reposer de toutes vos fatigues, pour oublier – dites-vous – toutes vos douleurs et vous consoler des indifférences, des délaissements, des trahisons et des mépris des hommes! Mais est-ce donc à vous, mon Jésus, de me faire cette demande?… N’est-ce pas plutôt à moi à la solliciter de votre Cœur?… Est-ce bien à moi que vous la faites?… Avez-vous donc oublié mes tiédeurs et mes négligences passées?…
C’est si pauvre chez moi!… Vous auriez trouvé bien mieux ailleurs, ô mon Maître adoré! La réponse bien distincte ne souffre pas de réplique: « C’est bien pauvre, m’a dit Jésus, mais c’est chez moi! J’y suis maintenant pour y rester toujours. Je viens pour t’améliorer, t’enrichir de mes plus précieux trésors; pour effacer tes fautes, payer tes dettes, corriger tes défauts, purifier ton âme, sanctifier tes souffrances, développer tes vertus, illuminer ton esprit, élever ton cœur, marquer sur tout ton être l’empreinte de ma ressemblance… te transformer toute entière en laissant sur toi chaque fois les traces de mon passage. Je veux graver en toi mon nom, ma volonté, mon autorité, ma sagesse… Mes yeux et mon Cœur seront posés sur toi tous les jours. Je sais pourquoi je le veux. » Seigneur, j’espère en la multitude de vos miséricordes! C’est vraiment si admirable ce que vous m’annoncez.

Un poème de Madeleine Delbrel

« C’est chaque matin notre journée tout entière que nous recevons des mains de Dieu.
Dieu nous donne une journée préparée pour nous, par lui.
Il n’y a rien de trop et rien de « pas assez », rien d’indifférent et rien d’inutile. C’est un chef-d’œuvre de journée qu’il vient nous demander de vivre.
Nous, nous la regardons comme une feuille d’agenda,
marquée d’un chiffre et d’un mois. Nous la traitons à la légère, comme une feuille de papier…
Si nous pouvions fouiller le monde et voir depuis le fond des siècles cette journée s’élaborer, se composer,
nous comprendrions le poids d’une seule journée humaine.
Et si nous avions un peu la foi, nous aurions envie de nous agenouiller devant notre journée chrétienne.
Nous sommes « chargés » d’énergie sans proportions avec les mesures du monde: la foi qui culbute les montagnes, l’espérance qui nie l’impossible, la charité qui fait flamber la terre.
Chaque minute de la journée, qu’elle nous veuille n’importe où pour y faire n’importe quoi, permet au Christ de vivre en nous parmi les hommes.

Alors, il n’est plus question de chiffrer l’efficacité de notre temps. Nous prenons humblement la taille de la volonté de Dieu. »
Madeleine Delbrel, dans « La joie de croire »

Troisième semaine de l’Avent

Notre cœur est donc comme une maison avec une porte d’entrée… Dieu ne peut pas entrer quand la porte est fermée. Et, seul, l’amour ouvre la porte de nos cœurs. Un cœur qui a fermé la porte à ses frères ne peut accueillir Dieu.
« Si quelqu’un dit ‘j’aime Dieu’ et qu’il n’aime pas son frère, c’est un menteur; car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas? » (1Jn4)
Amour et haine ne peuvent cohabiter au sein d’un même cœur. Et le non-amour, même envers une seule personne, tend toujours à prendre le dessus.
Et si je travaillais pendant cette 3ème semaine de l’Avent à rechercher et à enlever le non-amour de mon cœur? à écouter, à pardonner, à manifester de la compassion aux personnes que je rencontre?

Une invitation du pape François

Est-ce que j’aime Dieu? Allons à la pierre de touche et voyons comment tu aimes ton frère…
Premier signal… Est-ce que je prie pour les personnes? Pour toutes les personnes, concrètes, celles qui me sont sympathiques et celles qui me sont antipathiques, celles qui me sont amies et celles qui ne le sont pas?
Deuxième signal: quand je ressens en moi des sentiments de jalousie, d’envie… Arrête-toi là. Ne laisse pas grandir ces sentiments : ils sont dangereux. Ne les laisse pas grandir.
Et puis le signe le plus quotidien que je n’aime pas mon prochain, et donc que je ne peux pas dire que j’aime Dieu, c’est la médisance. Mettons-nous cela clairement dans le cœur et dans la tête: si je médis, je n’aime pas Dieu, parce que par les médisances je détruis cette personne. Les médisances sont comme des bonbons au miel… l’un entraîne l’autre et le suivant et puis l’estomac se rend malade… parce qu’il est ‘doux’ de médire… mais cela détruit.

Un texte de Marthe Robin

C’est si bon de penser du bien de son prochain. Toutes les créatures sont bonnes, elles sont toutes bonnes; c’est Dieu qui les a créées, et il les a créées à son image.

Je veux que tout autour de moi et en moi rayonne l’harmonie, le saint contentement, la joie et l’immense bonté de cœur… L’amabilité, c’est la charité qui se donne, c’est la patience qui supporte, c’est la force et la paix qui se transmettent d’un seul cœur au cœur de tous..