Foyers de Charité
La maison de mon Coeur ouvert à tous
retraite spirituelle week-end spirituel halte spirituelle
prédicateurs couples et familles jeunes de 18 à 30 ans
Servir et aider une retraite chantiers pour les jeunes retraite pour les lycéens

Jeunes

Un Foyer de Charité

Les Foyers de Charité sont une œuvre internationale appartenant à l’Église catholique.

Communautés de baptisés, hommes et femmes , ils mettent en commun leurs biens matériels, intellectuels et spirituels, à l’exemple des premiers chrétiens. Ils veulent être, avec l'aide de la Vierge Marie, Foyers de Lumière, de Charité et d'Amour.

Leur mission principale est de former des laïcs en vue de l'évangélisation du monde. Les retraites sont un moyen privilégié de cette formation, dans un cadre familial et un climat de silence.

Par leur travail, leur prière et leur témoignage, par leur vie fraternelle et leur accueil, se confiant chaque jour à la Vierge Marie, ils manifestent l’amour de Dieu pour tout homme et la beauté de la vie avec le Christ.

Créés en 1936 à l'initiative de Marthe Robin et du père Georges Finet, les Foyers de Charité sont actuellement 75 dans le monde, présents dans 44 pays. On compte 12 Foyers de Charité en France.

Ces communautés catholiques sont reconnues par Rome en 1986 comme "Association privée de fidèles à caractère international".

« Je veux que l'Oeuvre soit un Foyer
éclatant de Lumière, de Charité et d'Amour,(...),
l'oasis vivifiante aux âmes découragées (...),
la maison de mon Cœur ouvert à tous. »


Jésus à Marthe Robin,
extrait du texte fondateur des Foyers de Charité.


« Ils étaient fidèles à écouter l'enseignement des Apôtres et à vivre en communion fraternelle, à rompre le pain et à participer aux prières. »

Actes des Apôtres 2,42

Un Foyer de Charité « Il y a toute cette prière et cette offrande des membres du Foyer qui nous soutiennent. On sent qu'on n'est pas tout seul ; on sent que, vraiment, le Seigneur travaille, et qu'on est dans une famille. »

Caroline

Marthe Robin

Marthe ROBIN (1902-1981) est l’une des plus grandes figures spirituelles françaises du XXe siècle. Cette fille d'agriculteurs, frappée par la maladie dès sa jeunesse, a reçu auprès d'elle plus de 100 000 personnes. Elle n'a pas quitté la ferme d'un petit village de la Drôme pendant plus de cinquante ans et a pourtant eu un rayonnement international. Marthe a vécu la "sainteté" avec humilité, comme simple baptisée, en témoignant de la proximité de Dieu avec chaque homme.
Confrontée très jeune à l'épreuve de la souffrance, elle diffuse un message universel d'espérance qui dépasse les frontières françaises et se répand sur tous les continents. Paralysée, elle rayonne de bonheur et partage avec chacun le secret de sa joie.

Paralysée à 16 ans

Les parents de Marthe RobinMarthe Robin naît le 13 mars 1902 à Châteauneuf-de-Galaure (Drôme). Ses parents, qui auront six enfants, sont de modestes paysans. A 16 ans, Marthe est atteinte d’une maladie foudroyante. Pendant dix ans, espoirs de guérison et rechutes désespérantes se succèdent. En 1927, elle est totalement immobilisée, sans perspective d’avenir.
A 26 ans, sa vie bascule. Elle comprend que ses souffrances, vécues avec Dieu et offertes, peuvent être fécondes. Désormais, sa vie spirituelle se déroule non pas à côté de la maladie mais dans la maladie. Son existence prend un nouveau sens

Une intense union à Dieu

Portrait de Marthe RobinLa vie mystique de Marthe devient si grande qu'elle est associée aux souffrances du Christ dans sa Passion et la revit dans sa propre chair.
Elle puise dans la prière, dans la communion eucharistique et dans une intense union à Dieu une force inexplicable et un rayonnement qui attirent ceux qui l'approchent. C'est une femme profondément humaine, accueillante avec chacun. Elle ne laisse rien transparaître de sa souffrance, priant et offrant pour les intentions connues et secrètes qui lui sont confiées.

À l'origine des Foyers de Charité

père Georges FinetLe 10 février 1936 a lieu une rencontre décisive entre Marthe Robin et l’Abbé Georges Finet, du diocèse de Lyon. C’est par lui que sera fondé le premier Foyer de Charité demandé par Marthe après une révélation reçue de Dieu.
Aujourd'hui les Foyers de Charité sont présents dans plus de 40 pays.

Sa petite chambre est obscure mais sa vie rayonne dans le monde

Dans la chambre de Marthe RobinJusqu'à sa mort, le 6 février 1981, Marthe Robin reçoit plus de 100.000 personnes dans sa petite chambre de la ferme familiale de "La Plaine", plongée dans l'obscurité pour protéger ses yeux du moindre rayon de lumière. Marthe soutient chacun par sa foi, son accueil, son offrande, sa compassion.
Plus de 7 000 personnes assistent à ses funérailles, signe de la fécondité de cette vie, donnée à tous.
Les pieds sur terre, pourvue de bon sens, d’humour et d’intelligence des choses, Marthe savait poser les bonnes questions. Au long des années, elle a travaillé sans relâche pour le renouveau de l'Église encourageant le jaillissement de communautés nouvelles et de nombreuses vocations

Merci Marthe !

La ferme de la famille RobinAujourd'hui encore, alors que son dossier en canonisation est en cours à Rome, des femmes et des hommes de tous milieux, de toutes cultures, croyants ou athées, continuent d'aller à Châteauneuf pour y confier des intentions à la prière de Marthe. Les témoignages de grâces attribuées à son intercession et les "mercis !" se comptent par dizaine de milliers. La maison de Marthe Robin n'a pas changé. Sa chambre demeure un lieu de recueillement, de paix, dans lequel on peut venir prier.


Vous trouverez l'ensemble des informations sur Marthe Robin sur le site officiel qui lui est consacré :

« Par l'amour le cœur se dilate,
par l'amour l'âme triomphe,
par l'amour notre vie
est fortifiée, affermie. »

Marthe Robin

Marthe Robin « J'ai connu Marthe au début de l'année en lisant une biographie. Depuis, je lui ai souvent demandé son aide. Elle est pour moi une assistance au quotidien... comme celle d'un ange gardien. »

Suzanne