Retour

Le mois de mai, mois de Marie

1 mai 2019

Notre-Dame du Foyer

Retrouvez-nous chaque semaine pour découvrir un nouvel aspect du visage de Marie.

Allons donc à Marie, puisqu’elle est notre mère, la nôtre à chacun. Allons à elle, puisqu’elle est l’universelle médiatrice entre Dieu et nous. Ah ! si nous savions nous faire bien petits ! Si nous savions tourner nos regards et nos cœurs vers celle qui nous aime tant ! Que de belles vertus, que de bons conseils cette humble vierge, cette tendre mère, cette noble reine nous apprendrait sur les avantages de l’humilité, les exigences de la charité, la sagesse de l’obéissance, les douceurs de l’abandon à Dieu, les joies de la confiance! (Marthe Robin)

Et si nous profitions du mois de mai, le mois de Marie, pour nous donner davantage à Jésus par Marie en prenant le chemin du Rosaire ?

La Nativité

La Nativité de Fra Angelico

Un texte de méditation

Le Père n’a donné et ne donne son Fils que par Marie… Dieu le Fils n’est formé tous les jours et engendré que par elle… le Saint-Esprit n’a formé Jésus-Christ que par elle, ne forme les membres de son Corps que par elle… Pouvons-nous, sans un extrême aveuglement, nous passer de Marie et ne pas nous consacrer à elle? (St Louis-Marie Grignion de Montfort)

Un texte de Marthe

Que pouvons-nous contempler de plus beau! Dieu s’abaissant jusqu’à la créature pour lui permettre d’aller jusqu’à Lui… Il ne pouvait donner plus, Il n’a pas voulu donner moins. L’Amour a dépassé les paroles. » (Marthe Robin)

Un point d’attention

Le Christ est ressuscité pour naître en nous aujourd’hui, comme il est né de Marie le jour de la Nativité. Le mois de mai pourrait être l’occasion de raviver notre attachement à Marie et de nous préparer à faire ou à renouveler notre consécration à Jésus par les mains de Marie.

 

La Visitation

La Vierge Marie visite Elisabeth

Un texte de méditation

La Visitation, c’est la charité du Christ vous pressant. C’est Jésus qui, à peine est-il entré en vous, a soif de faire d’autres saints et d’autres heureux… Par l’Annonciation, II s’est manifesté et donné à vous. Il vous a sanctifié merveilleusement.
Cela ne lui suffit pas; dans son amour pour les hommes, iI veut tout de suite se manifester, et se donner par vous à d’autres. Il veut en sanctifier d’autres.
Marie part pour sanctifier saint Jean, pour lui annoncer la Bonne Nouvelle, pour l’évangéliser et le sanctifier, non par ses paroles, mais en portant Jésus en silence, auprès de lui, au milieu de sa demeure.
Sans paroles, les âmes de contemplation portent Jésus, au milieu des hommes, en silence; en le portant parmi eux dans la sainte Eucharistie, en le portant dans leur vie, dans la vie évangélique dont ils donnent l’exemple, dont ils sont les vivantes images.
Ô ma Mère, faites que nous soyons fidèles, comme vous, à notre mission! »
(Charles de Foucauld, Nouveaux Écrits Spirituels)

Un point d’attention

Marie est pleine de la présence de Jésus en elle. Elle part auprès d’Élisabeth, elle a hâte de lui communiquer celui qui habite en elle, elle veut le communiquer à l’enfant qui habite le sein de sa vieille cousine.

Élisabeth se laisse bouleverser par cette rencontre. Son enfant tressaille d’allégresse en elle et elle est remplie de l’Esprit Saint.

Nous sommes porteurs du Christ pour les autres. Et les autres nous apportent le Christ. Le Ressuscité est présent dans notre quotidien. Il veut passer par NOS RENCONTRES.

Prenons-nous chaque jour un temps pour nous laisser rencontrer par le Christ vivant en Marie?

Prenons-nous le temps de revisiter nos rencontres les plus ordinaires? Est-ce qu’au quotidien nous les laissons nous bouleverser, nous interpeller?

 

Deux phrases de Marthe Robin

Qu’il y ait dans chaque foyer une seule âme pleine de Dieu, elle en remplira la maison.

Il ne faut jamais repousser une âme que Dieu rapproche de la nôtre, parce qu’il ne le fait jamais sans une importante raison.

L’Annonciation

Ne crains pas pas, Marie

 Un texte de méditation

Tu l’as entendu, ô Vierge : tu concevras un fils, non d’un homme — tu l’as entendu — mais de l’Esprit Saint. L’ange, lui, attend ta réponse : il est temps pour lui de retourner vers celui qui l’a envoyé. Nous aussi, nous attendons, ô Notre Dame. Accablés misérablement par une sentence de condamnation, nous attendons une parole de pitié. Or voici, elle t’est offerte, la rançon de notre salut. Consens, et aussitôt nous serons libres. Dans le Verbe éternel de Dieu, nous avons tous été créés ; hélas, la mort fait son œuvre en nous. Une brève réponse de toi suffit pour nous recréer, de sorte que nous soyons rappelés à la vie.

Ta réponse, ô douce Vierge, Adam l’implore tout en larmes, exilé qu’il est du paradis avec sa malheureuse descendance ; il l’implore, Abraham, il l’implore, David, ils la réclament tous instamment, les autres patriarches, tes ancêtres, qui habitent eux aussi au pays de l’ombre de la mort. Cette réponse, le monde entier l’attend, prosterné à tes genoux. Et ce n’est pas sans raison, puisque de ta parole dépendent le soulagement des malheureux, le rachat des captifs, la délivrance des condamnés, le salut enfin de tous les fils d’Adam, de ta race entière.

Ne tarde plus, Vierge Marie. Vite, réponds à l’ange, ou plutôt, par l’ange réponds au Seigneur. Réponds une parole et accueille la Parole ; prononce la tienne et conçois celle de Dieu ; profère une parole passagère et étreins la Parole éternelle.

Pourquoi tarder ? Pourquoi trembler ? Crois, parle selon ta foi et fais-toi tout accueil. Que ton humilité devienne audacieuse, ta timidité, confiante. Certes il ne convient pas en cet instant que la simplicité de ton cœur virginal oublie la prudence ; mais en cette rencontre unique ne crains point la présomption, Vierge prudente. Car si ta réserve fut agréable à Dieu dans le silence, plus nécessaire maintenant est l’accord empressé de ta parole. Heureuse Vierge, ouvre ton cœur à la foi, tes lèvres à l’assentiment, ton sein au Créateur. Voici qu’au dehors le Désiré de toutes les nations frappe à ta porte. Ah ! Si pendant que tu tardes il allait passer son chemin, t’obligeant à chercher de nouveau dans les larmes celui que ton cœur aime. Lève-toi, cours, ouvre-lui : lève-toi par la foi, cours par l’empressement à sa volonté, ouvre-lui par ton consentement.

Voici, dit-elle, la servante du Seigneur : que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Saint Bernard de Clairvaux, Sermon sur les louanges de la Vierge Marie

Un point d’attention

Le Seigneur attend notre oui. Notre réponse, l’Église l’attend, le monde entier l’attend… « Lève-toi, cours, ouvre-lui : lève-toi par la foi, cours par l’empressement à sa volonté, ouvre-lui par ton consentement. » Que nous puissions dire avec Marie : « Voici la servante du Seigneur : que tout se passe pour moi selon ta parole. » Notre oui uni à celui de Marie a une fécondité immense.

Une phrase de Marthe Robin

Ô Vierge fidèle, aidez-nous tous à réaliser notre vie telle que Dieu l’a conçue dans son plan divin. » (Marthe Robin)